Biographie
C'est pas gai d'écrire sa propre bio, ça fait un peu nécrologie. C'est pour cette raison que je vais essayer de teinter la mienne d'une certaine drôlerie. Comment ? Eh bien tout simplement en insérant par-ci par-là le mot «pouet» qui est sacrément humoristique.

Je suis né le 11 mars 1975 à Bordeaux mais j'ai grandi dans les Yvelines. Après mon bac, je rentre à la Fac de Droit… Un match d'improvisation est organisé dans un des amphithéâtres et je tombe littéralement amoureux de ce spectacle qui va changer ma vie.

Dès le lendemain je m'inscris dans les ateliers d'impro j'y rencontre des gens formidables qui deviennent vite des amis puis une famille..

En 1998, j'obtiens ma Maîtrise de «pouet» Droit des Affaires qui m'amène en toute logique à un métier de... commercial dans l'exportation que j'exercerai pendant deux ans et demi. Mais ma passion de la scène me rattrape.

Je suis soutenu dans cette démarche par Alain "Papy" Degois qui m'intègre dans sa compagnie Déclic Théâtre, compagnie qui a vu naître un certain Jamel Debbouze. Papy me pousse, me donne confiance, me couve, me fait jouer des pièces de théâtre et des matchs d'impro. Il me fait rencontrer la Compagnie de la Pastière avec laquelle je joue en 2003, 2004 et 2005 dans une adaptation de "Cyrano De Bergerac" au Château de Gizeux, sous la direction d'Alessandro Arici et aux côtés du talentueux "Cyrano", Vincent Clergironnet.

J'entame alors l'écriture de mon premier one man show «Réflexions profondes sur pas mal de trucs» en 2002 avec mon fidèle ami-auteur Arnaud Joyet (chanteur, musicien, compositeur du groupe «Joyeux Urbains»). Nous sommes inspirés à l'époque par une cassette vidéo de celui qui devient vite notre référence : François Rollin.

L'aventure commence. Assez vite, je joue aux Blancs Manteaux et participe à des festivals. En 2004, au festival de Puy Saint Vincent, je gagne le prix du public et rencontre une autre étoile providentielle : Fred Testot (Omar et Fred). En rentrant à Paris, Fred n'a de cesse de parler de moi, notamment dans les couloirs de Canal Plus et je finis par obtenir en 2005 une chronique au Grand Journal, la présentation de la météo.

Au festival de Dinard, organisé par Xavier Lebreton, je rencontre le «maître», François Rollin, qui devient au fil des années un ami et avec qui Arnaud Joyet et moi aurons la chance d'écrire mon deuxième spectacle «Chose Promise». J'intègre en 2004 la Ligue d'impro professionnelle (la LIFI) avec laquelle je me produisais à l'Elysée Montmartre «pouet». J’y suis repéré par une autre star de l'humour qui va jouer le rôle d'accélérateur de carrière, Pierre Palmade avec qui je me découvre vite le point commun de l'humour qui va vite. Grâce à Pierre Palmade je goûte à nouveau à la télévision (émission Made In Palmade sur France 3) et j'ai l'honneur de jouer dans sa pièce «Le Comique», nommée aux Molières en 2009, et avec laquelle nous jouons près de 250 dates à Paris et en tournée dans toute la France.

Aujourd'hui mon activité d'improvisateur se poursuit au sein d'une nouvelle ligue, la LMI.

Et puis il y a aussi la rencontre avec Raphaël Mezrahi en 2007 quand ce dingue a pour projet de créer un spectacle dans lequel il veut que je chante et que je fasse du patin à roulettes. Le spectacle s'appelle «Monique est demandée caisse 12», on le joue au théâtre du Rond Point en 2008, au théâtre des Variétés en 2009 et à la Cigale en 2010. Aujourd’hui Raphaël est mon ami, mon producteur mais surtout mon protecteur dans ce métier.

En 2007, je fais la rencontre de Simon Astier sur le tournage d'un épisode de Off Prime (M6). Celui-ci me confie alors le rôle de Captain Sport Extrême dans la série «Hero Corp» (France 4) dont la saison 3 sera (grâce au combat des fans) diffusée avant la fin de l’année « pouet » 2013.

Je fais mes débuts au cinéma en 2010 dans le premier long métrage écrit par Fred Testot et réalisé par Charles Nemes, «Au Bistro du Coin». D’autres projets sont en cours…

En 2010, je prends le risque de participer à l’émission «On n’demande qu’à en rire» inventée et présentée par Laurent Ruquier.

C’est la pièce qui manquait au puzzle. Le grand public me découvre et je vis depuis 3 ans un conte de fées, mon spectacle «Chose Promise» remplit les salles depuis 2 ans, je fais 4 mois complet à L’Européen, 6 dates au Casino de Paris et je jouerai les 2 dernières du spectacle à l’Olympia en février 2014.

Comme disait le fleuriste fleuriste : « carpe pouet diem »